Un portrait

Une histoire

Samsam* et Samara*

Erythrée

Pays d'origine

29/01/2024

Date de sauvetage

 « Je l’ai d’abord repérée de loin, et au bout d’un moment, je lui ai avoué mon amour. »

Leur amour est né dans le désert, dans des conditions extrêmes. Samsam* et Samara* sont un jeune couple originaire d’Érythrée, qui a été secouru par les équipes de l’Ocean Viking d’une embarcation pneumatique surchargée le 29 janvier 2024, comptant 69 autres personnes rescapées. Leur tendre étreinte a immédiatement attiré l’attention de l’équipe : ils n’ont jamais cessé de se serrer l’un contre l’autre, que ce soit sur l’embarcation pneumatique, ou sur le canot de sauvetage.

[Voir le récapitulatif du sauvetage]

Il s’agit, littéralement, d’un amour né dans des circonstances impossibles.  « Nous nous sommes rencontrés dans le camp de détention de Kufra », raconte Samsam, un grand jeune homme à la peau foncée. Le camp de Kufra se trouve au milieu du Sahara libyen et est bien connu des agences internationales pour ses mauvaises conditions de vie.

 « Je l’ai d’abord repérée de loin », poursuit Samsam, « et au bout d’un moment, je lui ai avoué mon amour  ».

Les yeux écarquillés, Samara répond aussitôt : « Et j’ai fait de même ».

Au bout d’un certain temps, le couple a réussi à s’échapper des terribles conditions de vie du camp de détention situé au milieu du désert, pour finalement arriver à Tripoli, la capitale de la Libye.

 « Nous y avons passé un an, mais au bout d’un moment, je lui ai dit que mon chemin ne pouvait pas s’arrêter là, que la Libye n’était pas un endroit où l’on pouvait construire une vie et surtout une famille. Elle m’a dit qu’elle me suivrait partout où je déciderais d’aller. »

C’est ainsi que le couple s’est retrouvé sur un canot pneumatique instable et surchargé en pleine mer, dans les eaux internationales. Mais ils n’étaient pas seuls : Samara attend un enfant.

Le nom du futur bébé ? Ils ont décidé d’en confier le choix à Sana, médiatrice culturelle à bord, avec laquelle ils se sont beaucoup liés. Sana a d’abord rougi, puis elle a proposé Fairuz si c’est une fille et Gavril si c’est un garçon. Samsam et Samara ont souri et se sont serrés dans les bras .

Ils aimaient ces prénoms pour leur enfant, fruit du désert et de la mer.

*Les noms ont été changés pour protéger l’anonymat des personnes rescapées.

Texte de Francesco Creazzo

Crédit photo : Tess Barthes / SOS MEDITERRANEE

 

Derniers témoignages

Mohamad Anis

Mohamad Anis raconte son périple depuis le Bangladesh. Il faisait parti des personnes rescapées lors du sauvetage du 26 octobre 2023. L’Ocean Viking a secouru 18 personnes terrifiées et épuisées d’une petite barque en fibre de verre qui se trouvait en panne et dérivait en mer depuis trois jours. Attendant des secours depuis près de 24 heures, elle était abritée de la houle le long d’un immense tanker, tenue par un simple cordage.

Voir son histoire

Ibrahima*

« Nous étions 85 personnes à partir de Libye, quatre femmes et un bébé. Après deux jours, notre moteur est tombé en panne. Ce n'était pas facile. J'ai vu tant de mes ami.e.s mourir. Certaines personnes devenaient folles. »

Voir son histoire

Adam*

« Je veux appeler ma mère. Je sais que si elle entend ma voix, elle sera heureuse. »

Voir son histoire