#38 Plusieurs sauvetages en haute mer grâce à des navires humanitaires, mais au moins cinq naufrages


Cette publication de SOS MEDITERRANEE a pour but de faire le point sur les évènements qui se sont déroulés en Méditerranée centrale au cours des deux dernières semaines. Il ne s’agit pas de livrer une revue exhaustive des faits, mais plutôt de fournir des informations sur l’actualité de la recherche et du sauvetage dans la zone où nous intervenons depuis 2016, sur la base de rapports publiés par différentes ONG et organisations internationales ainsi que par la presse internationale.

396 personnes secourues par des navires humanitaires. Au moins 12 personnes portées disparues

Le 16 avril, le Sea-Watch 3 a débarqué 201 personnes rescapées à Trapani, en Sicile, à l’issue de cinq opérations de sauvetage effectuées entre le 8 et le 9 avril.

Le 23 avril, le Geo Barents affrété par Médecins Sans Frontières (MSF) a secouru 101 personnes, dont quatre jeunes enfants et une femme enceinte, sur une embarcation pneumatique en détresse au large de la côte nord-ouest libyenne. 

Entre le 24 et le 27 avril, l’Ocean Viking a secouru 295 personnes à bord de quatre embarcations pneumatiques surchargées et impropres à la navigation. Le 24 avril, l’avion Colibiri de Pilotes Volontaires a participé aux recherches de la première embarcation en détresse sur laquelle se trouvaient 70 personnes, tandis que la deuxième embarcation transportant 94 personnes était signalée par le réseau civil Alarm Phone. Au cours des deux sauvetages, un patrouilleur libyen s’est approché de très près du lieu des opérations, provoquant l’anxiété et la panique chez les personnes secourues. Parmi les rescapé.e.s figurent 65 mineurs non accompagnés. Après le deuxième sauvetage, les rescapé.e.s ont signalé à nos équipes à bord que douze personnes qui avaient embarqué avec eux avaient disparu. Elles ont expliqué que 15 personnes étaient tombées par-dessus bord peu après leur départ. Seules trois ont réussi à remonter à bord. Les autres ont disparu.

Tard dans la nuit du 26 avril, l’Ocean Viking a effectué un sauvetage éprouvant de 72 personnes à bord d’une embarcation pneumatique en détresse repérée dans l’obscurité totale, avec des vagues d’environ 3 mètres. Ce bateau a pu être retrouvé à la suite d’une alerte de détresse envoyée par le réseau civil Alarm Phone. Quelques heures plus tard, au petit matin du 27 avril, l’équipe de sauvetage de SOS MEDITERRANEE a repéré une quatrième embarcation pneumatique en détresse lors d’une observation aux jumelles. 59 autres personnes ont été secourues.

Le 22 avril, SOS MEDITERRANEE a renouvelé, dans un communiqué de presse, son appel urgent au rétablissement d’une opération européenne de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale, en mémoire des personnes qui ont péri dans un naufrage de grande ampleur il y a un an.

Le 23 avril, le Sea-Watch 4 a quitté le port de Vinaros, en Espagne, pour une nouvelle mission de sauvetage en Méditerranée centrale.

Cinq naufrages au moins ont coûté la vie à des dizaines de personnes

Selon l’OIM le 15 avril, 35 personnes ont péri dans un naufrage  au large des côtes de Sabratha, en Libye. Six corps ont été retrouvés, et 29 autres sont toujours portés disparus. Au moins 53 personnes ont été déclarées mortes ou portées disparues au cours de la même semaine. 

17 personnes au moins auraient péri dans le naufrage de quatre embarcations au large des côtes tunisiennes le 24 avril. Leurs corps ont été récupérés en mer après que 98 personnes aient été secourues. Selon les rescapé.e.s, plus de 120 personnes avaient embarqué à bord de ces embarcations pneumatiques.

Arrivées autonomes : 450 personnes secourues près des côtes siciliennes par les garde-côtes italiens, dont un chalutier surchargé transportant 383 personnes

Au sud de Lampedusa, dans le nord de la Méditerranée, 51 personnes et une centaine d’autres ont été secourues par les garde-côtes italiens au cours de deux opérations le 24 avril. 

Le même jour, 47 personnes, dont 10 femmes et un mineur ,sont arrivées à Lampedusa à bord de deux canots pneumatiques. Elles ont été secourues à un kilomètre de la côte par les patrouilleurs de la Guardia di Finanza.

Le 25 avril, 20 personnes qui avaient quitté la Tunisie à bord d’un canot pneumatique ont débarqué dans le port de Pantelleria, une île au sud de la Sicile. Ansa Sicily indique que c’est la première arrivée de personnes en situation de migration à Pantelleria depuis longtemps. 

D’après Avvenire, les garde-côtes italiens ont secouru 383 personnes qui se trouvaient à bord d’un chalutier à moteur totalement surchargé, au large des côtes siciliennes dans la nuit du 25 au 26 avril.

Des centaines d’interceptions sur terre et en mer

Selon l’OIM, 247 personnes ont été interceptées et renvoyées de force en Libye au cours des deux dernières semaines : 45 du 10 au 16 avril ; et 202 au cours de la période du 17 au 23 avril.  

Selon la Direction libyenne de lutte contre la migration illégale (DCIM), 542 personnes ont été interceptées avant leur tentative de traversée de la Méditerranée par les autorités libyennes, à proximité d’une plage de Misrata.

L’Italie et l’UE confirment leur volonté de renforcer les capacités libyennes

Le 19 avril, selon le Libya Observer, le Département général de la sécurité côtière (relevant du ministère de l’Intérieur libyen) a reçu d’Italie « deux des six navires militaires équipés des dernières technologies ». Un prochain rendez-vous aurait également été fixé pour « l’arrivée de certains équipements et fournitures opérationnelles nécessaires au Département de la sécurité côtière »

Le 21 avril, malgré les interventions énergiques de députés membres de la commission Libye au Parlement européen, la Commission européenne a confirmé sa volonté de continuer à « renforcer la capacité de recherche et de sauvetage de la Libye en lui livrant de nouveaux bateaux ».

Crédit photo : Jérémie Lusseau / SOS MEDITERRANEE

Share This