Un portrait

Une histoire

Sekou*

Côte d'Ivoire

Pays d'origine

12 ANS

Âge

02/11/2021

Date de sauvetage

Âgé de seulement douze ans, Sekou* a voyagé seul depuis son pays, la Côte d’Ivoire, jusqu’en Méditerranée centrale, où il a été secouru par l’Ocean Viking.
 

Sekou a voyagé seul depuis son pays jusqu’au Mali, l’Algérie puis la Libye, avant d’être secouru d’une embarcation pneumatique en détresse par l’Ocean Viking le 2 novembre 2021. Il dit avoir passé huit mois en Libye, dans un centre de détention à Zouara puis à Abu Salim à Tripoli.

Je n’avais plus aucune force, là-bas. Je ne pouvais même pas me lever. J’ai dû appeler mes parents pour avoir de l’argent pour sortir de là. La liberté n’existe pas en Libye, nous sommes tous enfermés. J’ai été forcé à travailler, battu, et je recevais à peine de quoi me nourrir.

Prendre la mer était la seule option possible. Je ne savais pas que nous serions si nombreux sur l’embarcation, mais je n’ai pas pu refuser de monter à bord car ils avaient des armes. Personne ne savait naviguer. Je suis parti parce que mes parents n’avaient pas d’argent. Je ne voulais pas aller en Europe, mais je n’avais pas d’autre choix. 

 

Photo ci-dessus : enfant rescapé à bord de l’Ocean Viking, août 2021. © Flavio Gasperini / SOS MEDITERRANEE

 

Le témoignage de Sekou en vidéo sur Youtube. Crédits : montage vidéo @caissesdegreve, dessin : Hippolyte / SOS MEDITERRANEE, voix : Karine et Mohamed / SOS MEDITERRANEE, habillage sonore : Wilfried Nass.

*Pour protéger son identité, le prénom et la photo ne correspondent pas à la personne qui témoigne.

Derniers témoignages

Jean *

« Peu après [le début du sauvetage], les Libyens sont arrivés ! Ils étaient là pour nous capturer. Mon cousin était déjà sur votre bateau, mais moi j'étais encore sur le zodiac. Je ne savais pas ce qui allait se passer. J’ai paniqué. » 

Voir son histoire

Inoussa*

« Nous avons trois options : mourir, être ramenés en Libye, ou finalement arriver à bon port. Mon ami a été emporté par la première option, il est mort en mer. »

Voir son histoire

Fahim*

« Mes trois filles, ma femme et mes parents sont au Bangladesh. J’ai quitté mon pays dans l’espoir de les soutenir et de revenir bientôt auprès d’eux. À cause de la Libye, j’ai fini par leur prendre tout ce qu’il nous restait. Mon pays est loin, je ne sais pas quand je les reverrai »

Voir son histoire

Contenu | Menu | Bouton d
Share This