Un portrait

Une histoire

Efe*

Nigéria

Pays d'origine

30 ANS

Âge

11/12/2016

Date de sauvetage

Avertissement 

Les éléments établis dans ces témoignages sont exclusivement tirés des propos tenus par les personnes rescapées secourues par nos équipes depuis 2016 et de nos observations en mer.

Certains récits de vie relatés ici comprennent des scènes d’une rare violence - torture, viol, extorsion, mise à mort et naufrage – qui sont très explicites. Nous préférons vous en avertir.

Les prénoms des personnes qui témoignent ont été modifiés pour préserver leur anonymat et leur sécurité.

De nombreuses organisations intergouvernementales comme le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) ou l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont amplement documenté et corroboré ces récits, notamment en ce qui concerne les violences – y compris sexuelles – subies lors du parcours migratoire, en Libye et en mer.

Efe* a 30 ans lorsque qu’elle quitte le Nigeria pour aller travailler dans une riche famille tripolitaine. Ce n’est qu’une fois arrivée en Libye que la jeune femme se rend compte qu’elle a été vendue. La publication de ce témoignage extrait de l’ouvrage Les Naufragés de l’enfer de Marie Rajablat a pour objectif de faire entendre la parole encore trop rare des femmes dans les récits de migration. 

Témoignage recueilli le 11 décembre 2016 à bord de l’Aquarius.

J’ai toujours pensé qu’il s’agissait d’exceptions et surtout que ça concernait uniquement le milieu de la prostitution. Je ne pensais pas que ça pouvait tomber sur n’importe quelle femme… Enfin, jamais je n’aurais pensé tomber là-dedans… 

L’homme au teint clair, c’est juste un transporteur  [Ndlr : il s’agit de l’homme qui a accompagné Efe et d’autres jeunes femmes à leur arrivée à Tripoli] qui vient prendre livraison de la marchandise pour un patron en Libye. Et le pire, c’est que ce patron c’est un Nigérian ! 

Arrivés à l’entrée de Tripoli, Efe et son groupe ont été arrêté.e.s par la police et emmené.e.s dans la grande prison, appelée Grey Garage. Les conditions de détention étaient terribles.

On entendait les gens crier de douleur. Y’avait des morts par terre…

C’était sale et très bruyant. On entendait les gens crier de douleur. Y’avait des morts par terre… En tous cas, ils ne bougeaient plus… Des fois, des prisonniers devaient les emmener dans une autre pièce puis on ne sait pas ce que les gardiens en faisaient.

Une fois, il y avait un couple. Les gardes sont venus violer la femme devant tout le monde et ils ont installé son mari sur une chaise et il devait regarder. Ils lui mettaient une arme sur la tempe et le tapaient avec la crosse s’il essayait de tourner la tête

On entendait les gens crier de douleur. Y’avait des morts par terre.

C’est ce jour-là qu’ils nous ont changés de prison. Ils nous ont fait croire qu’on allait prendre la mer la nuit. En fait, ils nous ont emmenés à Zaouïa, une des pires prisons. Quand on est arrivés, les gardes avaient tiré sur des hommes. Ils baignaient dans leur sang par terre. Y’en a qui étaient morts. Y’en a qui sont morts dans la nuit. C’était terrible. Suis restée là une semaine.

Puis on nous a emmenés dans une maison pour attendre la nuit et à 1h du matin, ils nous ont poussés dans le bateau. On a dû retirer nos chaussures avant de monter. Ceux qui avaient des affaires, on leur a confisquées. Et on est partis comme ça… Moi aussi, j’aurais trop honte de rentrer chez moi après tout ça… 


Extrait de l’ouvrage Les naufragés de l’enfer, de Marie Rajablat 
 

* Le prénom et la photo ne correspondent pas à la personne qui témoigne ici afin de préserver son anonymat.

Crédit photo : Hara Kaminara / SOS MEDITERRANEE

Derniers témoignages

Mohamad Anis

Mohamad Anis raconte son périple depuis le Bangladesh. Il faisait parti des personnes rescapées lors du sauvetage du 26 octobre 2023. L’Ocean Viking a secouru 18 personnes terrifiées et épuisées d’une petite barque en fibre de verre qui se trouvait en panne et dérivait en mer depuis trois jours. Attendant des secours depuis près de 24 heures, elle était abritée de la houle le long d’un immense tanker, tenue par un simple cordage.

Voir son histoire

Ibrahima*

« Nous étions 85 personnes à partir de Libye, quatre femmes et un bébé. Après deux jours, notre moteur est tombé en panne. Ce n'était pas facile. J'ai vu tant de mes ami.e.s mourir. Certaines personnes devenaient folles. »

Voir son histoire