Un portrait

Une histoire

Brakhado*

24/01/2020

Date de sauvetage

Comment peut-elle afficher un si large sourire après avoir été confinée dans différents centres de détention durant trois ans et soumise aux violences de ses geôliers ? Comment trouver le courage de croire en l’avenir après avoir assisté aux pires atrocités que le genre humain ait pu commettre ? Comment se reconstruire après avoir donné naissance à son enfant au cœur même de l’enfer libyen ? La résilience de Brakhado*, jeune rescapée secourue en janvier dernier par l’Ocean Viking, est un exemple de persévérance et de courage.  

Pendant les trois années qu’elle a passées en Libye, Brakhado a vécu plus de drames qu’il n’est possible d’imaginer. À de nombreuses reprises, elle a été capturée, emprisonnée et battue. Certains de ses compagnons ont été électrocutés et brulés vifs devant ses yeux. Elle a été séparée de son mari, après qu’il ait été rançonné pour sortir de prison. C’est aussi dans un centre de détention que la jeune femme a donné la vie à son fils Aeden*, âgé de 11 mois au moment du sauvetage.

Mais jamais Brakhado n’a renoncé. Elle a essayé à maintes reprises de fuir l’enfer libyen par la Méditerranée, mais elle a été interceptée chaque fois par les garde-côtes libyens. Lors de ce qui aurait dû être sa quatrième tentative de traversée, elle a refusé de partir. L’instinct de survie sans doute aura été plus fort. Elle est convaincue que ceux qui étaient à bord de ce bateau ont péri en mer : jamais elle n’a reçu de nouvelles d’aucun d’entre eux.

Lorsqu’elle était incarcérée dans l’un des nombreux centres de détention que compte la Libye, elle a fait la connaissance d’une femme qui est devenue une amie très proche, Lydia*. Mais le destin les a séparées. En Libye, on ne sait jamais de quoi sera fait le lendemain ni où vous serez emmené. Pourtant, les amitiés qui s’y nouent sont souvent inaltérables.

En dépit de l’adversité, Brakhado n’a jamais renoncé à traverser la Méditerranée. Et un jour, la chance lui a souri. Elle avait enfin retrouvé son mari. Ensemble ils sont montés à bord d’un bateau pneumatique fait de bric et de broc avec 91 autres personnes. La nuit, noire et glaciale, interminable. L’espoir, ténu. La peur. Enfin, juste avant l’aube, en ce vendredi 24 janvier, les marins-sauveteurs de SOS MEDITERRANEE s’approchent de l’embarcation en détresse. Ils les rassurent : nous allons vous ramener dans un lieu sûr. Les 93 personnes sont transférées à bord de l’Ocean Viking. Brakhado, épuisée, serre son bébé dans ses bras. Plus tard, sur le pont du grand navire rouge, elle croise un regard connu : c’est son amie, Lydia. Elles ne s’étaient pas revues depuis une éternité. Elle aussi a été secourue par l’Ocean Viking, alors qu’elle prenait place dans une autre embarcation en détresse. Alors, Brakhado sourit.

*les noms ont été changés

Brakhado a été débarquée à Taranto, en Italie, le 29 janvier 2020, avec 402 autres personnes.

 

Photos et histoire recueillie par : Hannah Wallace Bowman / MSF à bord de l’Ocean Viking, le 29 Janvier 2020.

Derniers témoignages

Ibrahim*

"Le gardien nous disait "je vais te tuer" sans raison. " Un mineur non accompagné explique pourquoi il a décidé de risquer sa vie en mer pour fuir la Libye.

Voir son histoire

Kader*

« Un groupe de personnes est tombé à l'eau peu après que nous ayons quitté la plage. Nous n'avons pu récupérer que trois personnes. »

Voir son histoire

Samuel*

« Mes cicatrices me font encore mal, au niveau des nerfs. Parfois je m’arrête devant le miroir pour me regarder, j’ai les larmes aux yeux. »

Voir son histoire

Contenu | Menu | Bouton d
Share This