Un portrait

Une histoire

Adiam*

23 ANS

Âge

01/02/2022

Date de sauvetage

« J’ai été arrêté dès mon arrivée par des milices, ou par la police – il n’y a pas beaucoup de différence en Libye. La Libye est un cauchemar, j’ai fui la guerre pour arriver en enfer. » 

 

Adiam* est originaire de la région du Tigré, il avait 23 ans quand il a été secouru par l’Ocean Viking en février 2022. Il dérivait depuis 12 heures dans les eaux internationales au large de la Libye, avec 93 autres personnes à bord d’une embarcation surchargée. Adiam a quitté seul son pays pour fuir la guerre du Tigré qui a débuté le 3 novembre 2020. 

Adiam a étudié le management dans son pays. Il avait pour projet d’aider son frère aîné à ouvrir un commerce lorsque la guerre a éclaté au Tigré. Il a été témoin des massacres de masse de la population civile qui ont endeuillé toute la région. Le jeune homme explique qu’avec l’aggravation des conflits, l’approvisionnement des commerces n’était plus assuré. Médicaments ou nourriture, plus rien n’arrivait. «Les gens ont commencé à souffrir de la famine. C’est incroyable que les famines existent encore de nos jours. Un jour, j’ai essayé de trouver du pain pour ma famille, et quand je suis rentré à la maison, mon frère et ma mère avaient été tués. La population est prise pour cible dans le Tigré. Tous ceux et celles qui sont encore en vie tentent de fuir cette terre déchirée par les conflits et la famine. » 

Après la perte brutale des siens, Adiam est parti pour la Libye comme beaucoup d’autres personnes qui vivent au Tigré. Il explique avoir choisi ce pays en raison de l’existence de réseaux qui aident les gens à s’y rendre. « Il n’y a pas d’aéroport fonctionnel dans le Tigré, la seule façon de sortir du pays est de payer des gens qui vous amènent aux frontières avec d’autres pays. Il est facile de trouver quelqu’un qui vous amène en Libye. » Comme beaucoup d’autres, Adiam a été arrêté après avoir franchi la frontière. « J’ai été arrêté dès mon arrivée par des milices, ou par la police – il n’y a pas beaucoup de différence en Libye. En neuf mois, j’ai été arrêté plusieurs fois. La Libye est un cauchemar, j’ai fui la guerre pour arriver en enfer. Il y a un trafic d’esclaves en Libye. J’ai été traité comme un esclave ». 

Adiam explique qu’il a réussi à rassembler suffisamment d’argent pour embarquer sur un bateau en bois, car c’était la seule possibilité pour quitter la Libye, même si cette embarcation n’était pas conçue pour naviguer en pleine mer. « Le bateau était surchargé, avec deux ponts, c’était effrayant, mais je n’avais pas d’autre choix que d’embarquer. Au petit matin, le moteur s’est arrêté, nous avons essayé de le remettre en marche à plusieurs reprises, en vain. Nous avons dérivé toute la journée et toute la nuit, jusqu’à ce que vous nous trouviez enfin. Nous étions épuisé.e.s, le bateau tanguait dangereusement d’un côté et de l’autre. Je n’arrivais pas à dormir car j’avais peur de basculer d’un côté et de faire chavirer le bateau. Le réservoir de carburant fuyait, je me sentais malade et j’avais des vertiges. Sans vous, nous serions morts ». 

 

Claire Juchat / SOS MEDITERRANEE

 

À 23 ans, Adiam a déjà traversé des épreuves inimaginables, mais comme tout jeune homme, il a des projets pour son avenir. « Je veux faire valider mon diplôme en Europe, je veux enfin avoir le choix de mener ma vie », conclut-il.  

*Le nom a été modifié pour protéger l’identité du rescapé. 

Derniers témoignages

Chourouk

« Nous avons décidé de partir pour pouvoir soigner notre fille. Mais, elle est décédée avant notre arrivée. » 

Voir son histoire

Mohamad Anis

« Nous sommes restés trois jours en mer avant que vous ne nous sauviez. Au total, la traversée m'a coûté 24 000 $ US, ainsi que de nombreux actes de torture. » 

Voir son histoire

Ibrahima*

« Nous étions 85 personnes à partir de Libye, quatre femmes et un bébé. Après deux jours, notre moteur est tombé en panne. Ce n'était pas facile. J'ai vu tant de mes ami.e.s mourir. Certaines personnes devenaient folles. »

Voir son histoire