Constance, Ange, Tatiana et toutes celles que nous avons croisées en Méditerranée
10 mars 2021

Depuis le début de l’année, 796* personnes ont été secourues par nos équipes en pleine mer. Parmi elles se trouvaient 87 femmes. Certaines voyageaient seules, d’autres étaient accompagnées d’un ou de plusieurs enfants, parfois de leur compagnon. Au moins neuf d’entre elles étaient enceintes. Toutes ont traversé des épreuves qui paraîtraient insurmontables à la majorité d’entre nous.
 

À bord de l’Ocean Viking, elles sont plusieurs à se confier aux femmes de l’équipe sur le navire, qui sont souvent les premières  – et parfois les seules – à recevoir leur histoire. Il y a Ange, couturière camerounaise, qui crée des vêtements pour les mariages et les célébrations, ou Germaine qui a été interceptée par les garde-côtes libyens deux jours avant d’être finalement secourue par l’Ocean Viking. Elles font partie des 5 028 femmes auxquelles SOS MEDITERRANEE a porté secours depuis le début de ses opérations, en février 2016. Elles représentent donc 15 % du total des personnes rescapées, une proportion relativement stable à travers les années et similaire au pourcentage de femmes migrantes arrivées en Europe par la mer en 2017 et 2018[1]. Mais derrière ces chiffres se cachent des milliers d’histoires, des parcours de vie singuliers avec leur lot de rêves, d’épreuves et surtout, de courage.
 

Des parcours migratoires jalonnés de violences

Esther, secourue par l’Aquarius en mars 2018, a fui le Ghana à 17 ans pour échapper à un mariage forcé. Comme elle, 12 % des femmes rencontrées lors des 130 consultations pour violences sexuelles réalisées par les équipes médicales à bord de l’Aquarius entre 2016 et 2018 ont confié avoir subi ce type d’agression avant de quitter leur pays d’origine. Si ces violences peuvent être à l’origine de leur départ, elles se reproduiront de manière quasi-systématique tout au long de leur parcours migratoire, en particulier lorsque les femmes voyagent seules. Elles sont particulièrement courantes en Libye : 42 % des femmes rencontrées lors de ces consultations à bord ont confié en avoir été victimes[2]. Une statistique étayée par les innombrables témoignages recueillis par les équipes de SOS MEDITERRANEE et les journalistes à bord. En janvier 2021, Nejma Brahim, journaliste de Médiapart embarquée sur l’Ocean Viking, en a fait le sujet d’un article dans lequel elle relate les expériences de Lisa, Aïcha et Tatiana[3], violées et torturées par leurs geôliers en Libye. Selon la journaliste, ces violences constituent l’une des raisons pour lesquelles la mortalité des femmes sur les routes migratoires est plus élevée que celle des hommes, mais ce n’est pas la seule : afin d’échapper à l’enfer, les femmes et les enfants sont souvent placé.e.s au centre des embarcations de fortune qui partent des côtes libyennes vers la Méditerranée centrale. Cette position, qui a pour premier objectif de les protéger, les rend en fait plus vulnérables aux dangers de la traversée. Elles sont plus exposées aux brûlures graves provoquées par le mélange corrosif de l’eau salée et de l’essence qui s’accumule au fond de l’embarcation, et plus susceptibles de mourir asphyxiées ou noyées en cas de mouvement de panique à bord.

Une prise en charge respectueuse de leurs besoins

Lorsqu’elles arrivent sur l’Ocean Viking, les femmes rescapées bénéficient d’un espace propre et d’une prise en charge adaptée, qui a évolué à mesure que les équipes affinaient leur compréhension des besoins particuliers des rescapées. Elles peuvent se reposer avec les enfants dans le « shelter », l’abri qui leur est spécialement dédié où aucun homme n’a le droit d’entrer. Elles ont également la possibilité de rencontrer l’équipe médicale pour parler des violences subies et réaliser un test de grossesse avec la sage-femme présente à bord. Depuis le début des opérations, la proportion de femmes enceintes enregistrées parmi les rescapées augmente régulièrement : elle est passée de 10 % en 2017 à 16 % en 2020. Cinq naissances ont déjà eu lieu à bord de l’Aquarius. Constance n’a pas eu cette « chance ». Elle a accouché de son fils Christ en pleine mer, dans une embarcation en détresse surpeuplée, quelques heures avant d’être secourue par SOS MEDITERRANEE en juillet 2017. Il arrive aussi qu’une rescapée dont la grossesse présente des complications doive être évacuée en urgence vers un hôpital, comme ce fut le cas il y a quelques semaines encore à bord de l’Ocean Viking.

Toutes ces situations démontrent la nécessité de prendre en compte les besoins spécifiques des femmes pour assurer une prise en charge digne et chaleureuse à ces survivantes de l’enfer. La présence à bord de membres féminins de l’équipe y contribue fortement. En plus de créer un climat de confiance dont les rescapées ont été privées depuis des mois ou des années, les sauveteuses et les soignantes s’attachent également à recueillir leur parole et leur histoire, afin que SOS MEDITERRANEE continue de témoigner des réalités multiples des migrations, où les femmes sont souvent trop peu visibles. 

[1] Refugees and migrants arrivals in 2018, UNHCR, 2018 (en anglais) et Ibidem, 2019

* Rectificatif 15/03/2021

Share This