Mathilde Pette, sociologue et maître de conférence, Perpignan
23 février 2020

Mathilde Pette, sociologue, maîtresse de conférences à l’Université de Perpignan Via Domitia, nous incite à faire un pas de côté pour remettre en perspective l’avènement des ONG de sauvetage en mer.

 

« Au milieu des années 2010, de nouvelles associations et ONG ont été créées en Europe et interviennent en mer Méditerranée pour sauver des exilés qui tentent de rejoindre l’Union européenne.

Les décennies 1990, 2000 puis 2010 sont marquées par une accélération de la mortalité en Méditerranée. Longtemps invisible, cette mortalité est au cœur des préoccupations médiatiques et politiques au début des années 2010 suite à des naufrages qui font événement et qui rendent visible ce phénomène : on pense notamment au drame de Lampedusa qui fait 366 victimes en octobre 2013. Au milieu de cette séquence politique européenne qualifiée par certains de « crise migratoire » et par d’autres de « crise de l’accueil », le sauvetage en mer devient une nouvelle modalité d’action du milieu associatif. SOS Méditerranée fait partie de cette dynamique. C’est une nouvelle scène politique qui s’ouvre alors : la mer.

Historiquement, SOS MEDITERRANEE s’inscrit dans une chronologie plus longue. Les associations qui participent à l’accueil et à l’aide des étrangers et des exilés sont nombreuses en France comme en Europe : action sociale, alphabétisation et scolarisation, aide administrative, défense des droits, luttes collectives ou hébergement. Autant de modalités d’action qui apparaissent progressivement au cours du XXème et au début du XXIème siècle et qui cohabitent aujourd’hui dans le monde associatif. Le sauvetage en mer s’inscrit dans cette continuité et se joue cette fois-ci dans un espace maritime jusque-là vierge d’engagement.

Cet engagement citoyen est au cœur de la démarche de SOS MEDITERRANEE, depuis sa création aux actions de sensibilisation, de plaidoyer ou encore de levées de fonds privés nécessaires pour affréter et faire fonctionner l’Aquarius puis l’Ocean Viking. Au côté des bénévoles et des donateurs, ce sont aussi des professionnels de la mer qui mettent au service de l’association leurs compétences spécifiques indispensables pour mener à bien le sauvetage en mer. Toutes et tous se rejoignent autour de valeurs communes : au-delà des frontières étatiques et sociales, les valeurs d’humanité et de solidarité guident leurs engagements.»

Share This