Découvrez le rapport « À la recherche d’un lieu sûr »
1 février 2022

L’organisation britannique Human Rights at Sea [Droits humains en mer] vient de publier un recueil de témoignages de personnes secourues par l’Ocean Viking, avec la participation de SOS MEDITERRANEE et le financement de la Fondation Sata.

Télécharger le pdf : À la recherche d’un lieu sûr : la mer comme seule option
 

Quand on a quitté notre pays, on n’avait pas suffisamment d’argent. On est monté.e.s jusqu’à Oran, en Algérie. À Oran on a travaillé chez une dame. Elle non plus ne nous payait pas. Nous avons continué notre voyage vers la Libye. (…) Quand on entre dans la voiture [dans le désert], si tu as un enfant, tu es obligé.e de le soulever, sinon il peut être étouffé dans la voiture. On nous chargeait comme de la marchandise. On s’en moque de qui crie et qui ne crie pas. Quand tu cries, on te fouette même avec ton bébé qui pleure. Si tu as un téléphone ou de l’argent, on te vole tout. On te laisse sans un sou. Ça a été vraiment difficile. Très difficile. 

Rita, 25 ans, originaire du Cameroun

Du contexte en Méditerranée centrale à la situation des droits humains en Libye en passant par la criminalisation des ONG de sauvetage en mer, ce rapport dresse d’abord un aperçu des enjeux majeurs qui se jouent en Méditerranée centrale depuis le lancement des opérations de sauvetage de l’Aquarius, ancien navire de SOS MEDITERRANEE, en février 2016. Il s’appuie sur les observations de différents organismes internationaux qui livrent des statistiques et des constats accablants sur le sort réservé aux personnes qui sont jetées sur la route migratoire la plus mortelle au monde : la Méditerranée centrale.

Le rapport vise surtout à donner la parole à celles et à ceux qui en sont trop souvent privé.e.s : les protagonistes d’un périple long et dangereux qui les amène à quitter leur foyer, les conduit, souvent contre leur gré, vers « l’enfer libyen » où les pires exactions les attendent, puis les pousse à prendre la mer au péril de leur vie.

Leur nom est Zentani, Salwa, Mouna, Sabtou, Mubarak, Rita, Hassan et Favour. Venus d’horizons aussi différents que lointains, ces femmes, ces enfants et ces hommes aux profils et aux âges variés partagent pourtant une expérience de migration commune en Méditerranée centrale.  Leur témoignage – dont certains sont inédits – a été recueilli par les chargées de communication de SOS MEDITERRANEE sur l’Ocean Viking ces derniers mois et réunis dans un document unique.

Ce recueil de récits personnels porte haut la parole des personnes rescapées qui ont accepté de raconter leur histoire pour qu’elle résonne au-delà des frontières. « Nous ne pouvons pas être sourds et aveugles aux réalités de la vie de nos semblables. Ce qui se passe en Méditerranée nous concerne tou.te.s »  alerte HRAS en introduction de ce rapport.

Rapport disponible en anglaisen allemand et en français.  Version italienne à venir.

Share This