Cinq ans après l’Odyssée de l’Aquarius : les ONG toujours entravées
15 juin 2023
Le 17 juin 2018 a marqué un tournant majeur dans les actions visant à empêcher les ONG de sauver des vies en mer. Ce jour-là, à Valence en Espagne, l’Aquarius débarque 629 personnes secourues une semaine plus tôt en Méditerranée centrale, après la fermeture des ports italiens. Récit de Ludovic, marin-sauveteur.

« J’agis comme une machine, sans cesser de penser à ma femme, Noor. Ne tombe pas, Ludo. Ne tombe pas. Noor est à la maison, tu ne dois pas tomber. Si tu tombes, tu fais bouée. Vingt personnes s’accrocheront à toi et tu es mort. Tire, tire, mais ne tombe pas. » 

Dans cette « Immersion à bord de l’Aquarius » filmée lors d’un TedX Paris en octobre de la même année, le marin-sauveteur Ludovic nous embarque pour une expérience humaine hors norme : celle du sauvetage en mer. Il raconte la peur – la sienne, celle qu’il lit dans les yeux des personnes qu’il tire de l’eau -, les sensations, les pensées qui le traversent, son indignation aussi.  

Ludovic joue avec les enfants durant la longue traversée de l’Aquarius vers Valence, en juin 2018.

Il revient surtout sur un événement qui a fait histoire : les sauvetages critiques de la nuit du 9 au 10 juin 2018 suivis de la fermeture des ports italiens aux navires humanitaires, qui conduira l’Aquarius, ancien navire de SOS MEDITERRANEE, à débarquer 629 personnes rescapées à Valence en Espagne une semaine plus tard, après avoir traversé la tempête en Méditerranée. 

« Je dois l’avouer. Là, oui, on a la haine. La colère. La honte. Les mêmes que lors des sauvetages, mais cette fois-ci dirigées vers les personnes qui prennent les décisions pour mon continent, pour mon pays, en mon nom. » 

2023 : les ONG toujours empêchées de sauver des vies 

Fin 2022, c’est à Toulon que l’Ocean Viking débarquait les 230 personnes secourues trois semaines plus tôt. L’histoire se répète. Mais si en 2018 le Centre de coordination des sauvetages italien avait entièrement coordonné l’opération, il est cependant resté muet fin 2022 alors qu’il a reçu 46 demandes de la part de la passerelle de notre navire. 

Aujourd’hui, l’action des ONG de sauvetage est toujours entravée en Méditerranée centrale. La coordination est ineffective en mer. Un nouveau décret-loi italien limite encore davantage l’action des navires humanitaires, les obligeant à se rendre immédiatement dans le port assigné, souvent très éloigné, sous peine de fortes amendes et de détention du navire. Et de plus en plus de personnes se noient.  

Ainsi, cinq ans après l’Odyssée de l’Aquarius, rien n’a vraiment changé. En ce mois de juin 2023, plusieurs ONG de sauvetage – dont le Sea Eye 4, le Mare Go et le Aurora -, sont détenues en Italie après avoir secouru des embarcations en détresse. Le nombre de morts recensées en Méditerranée centrale a, pour sa part, déjà dépassé les 10001 personnes en 2023 seulement. 

Mais SOS MEDITERRANEE ne baisse pas les bras en dépit des obstacles et des menaces et poursuit sa triple mission : sauver, protéger, témoigner. 

Voir aussi 

Crédits photos : Kenny Karpov / SOS MEDITERRANEE 

Contenu | Menu | Bouton d
Share This